Draft compensatoire 2017 : les Packers mal ré-compensés

temp150324-casey-hayward-009-nfl_mezz_1280_1024

Parti vers d’autres cieux, Casey Hayward (CB) n’aura pas été un départ fructueux pour les Packers

Les Packers viennent de recevoir de la NFL un choix compensatoire de 5ème tour pour draft 2017 qui aura lieu dans un mois. Qu’est-ce qu’un choix de draft compensatoire ? Pourquoi un 5ème tour, pas plus, pas moins ? Réponses.

CHOIX COMPENSATOIRES : KÉZAKO ?

La procédure des choix compensatoires existe depuis 1994 en NFL. Elle consiste à distribuer des choix de draft aux équipes qui ont perdu des joueurs durant le marché des transferts (free agency), si et seulement si ces joueurs n’avaient pas été résiliés avant (pour respecter le plafond salarial) comme ont pu l’être Sam Shields et James Starks par exemple.

La valeur des tours ne peut être comprise qu’entre le 3ème tour et le 7ème tour de la draft et concerne la draft de l’année suivante. Ainsi, les choix compensatoires pour la draft 2017 résultent de la « free agency » 2016. Cette valeur est mesurée selon un savant calcul tenu secret mais qui tient beaucoup à la valeur du contrat signé par le joueur dans sa nouvelle équipe.

Évidemment, la valeur finale du ou des tours de draft compensatoires donnés tient compte des joueurs perdus en « free agency » mais également des joueurs gagnés. Si tel est le cas, le résultat final est une balance entre les pertes et les gains. Mais mieux vaut ne pas avoir été gros acheteur en free agency si on veut bénéficier d’un choix de draft compensatoire car quoi qu’il arrive leur nombre est limité à 32 pour la session annuelle de draft.

UN MAUVAIS CRU 2017 POUR TED THOMPSON

Pour la draft 2017, les Green Bay Packers ont donc reçu un 5ème tour de draft compensatoire et plus exactement le choix n°184, choix qui peut, pour la première fois, être échangé.

Ce choix n°184 correspond à la perte lors de la free agency 2016 du cornerback Casey Hayward. Laissé libre par le manager Ted Thompson, il avait trouvé refuge chez les Chargers pour un contrat de 3 ans et 15,3 M de $ par an.

Malheureusement, Ted Thompson fut bien mal inspiré de laisser partir Hayward qui a brillé de mille feux aux Chargers pour mener la NFL en nombre d’interceptions et être sélectionné au Pro Bowl !

Mais qui peut blâmer Ted Thompson ? S’il est facile de critiquer après coup, la saison magnifique de Hayward était difficilement prévisible malgré le talent intrinsèque évident du cornerback. Ted Thompson avait repéré ce jeune CB de l’université Vanderbilt (Tennessee) et avait même effectué un « trade up » lors de la draft 2012 pour l’avoir. Bien lui en a pris, Hayward répondait aux attentes et effectuait une saison rookie exceptionnelle (6 interceptions) malgré un faible temps de jeu. Mais la saison suivante fut blanche en raison d’une blessure, et en 2014, il était toujours gêné par une multitude de petites blessures.

Enfin, en 2015, Hayward n’arrivait pas à s’affirmer derrière le CB 1 Sam Shields et le rookie Damarious Randall qui gagnait le rang de CB 2. Hayward était à la fois bon quand il était aligné en « slot corner » et plutôt mauvais quand il était aligné en cornerback extérieur. À la fin de sa saison 2015, il était manifestement voué à être cantonné CB 3 avec les rookies Quinton Rollins et un Ladarius Gunter plein de promesses.

Considérant Hayward comme un CB 3, les Packers le laissaient tester le marché des transferts et ce sont les feu San Diego Chargers qui raflèrent la mise pour un salaire annuel de 5,1 M $ correspondant plutôt à un salaire de CB 2.

On sait ce que 2016 a réservé : une saison de feu de Casey Hayward chez les Chargers alors que ce fut une annus horribilis pour les CB des Packers avec le CB 1 Shields out pour la saison, les CB 2 et 3 Randall et Rollins soit absents, soit jouant blessés et un Gunter qui a tenté de boucher les trous comme il pouvait…

Au vu de la saison 2016 de Hayward, son départ apparait comme une mauvaise affaire d’autant plus que la compensation du 5ème tour est plus faible qu’espérée. Le cas Hayward montre que les autres paramètres qui sont dit pris en compte dans le calcul (temps de jeu, sélections) pèsent peu face à la valeur du contrat signé. Ce cas en est le criant exemple.

En plus des 7 tours de draft « communs », Ted Thompson va devoir faire avec ce seul 5ème tour supplémentaire, le départ du QB 2 Scott Tolzien chez les Colts d’Indianapolis n’ayant finalement rien rapporté aux Packers. Le manager de GB a l’habitude de bénéficier de plusieurs choix de draft compensatoires. Ainsi, en 2016, il sélectionnait Blake Martinez (ILB) et Dean Lowry (DE) avec deux 4ème tour de draft compensatoires.

Comment le manager des Packers va t-il gérer sa draft avec « seulement » 8 choix, lui est adepte des trades durant celle-ci ? Réponse dans 1 mois. D’ici là, la free agency arrive à grands pas, et gardez à l’esprit que tous les Packers agents libres qui partiront dans un autre club, compteront dans les choix de draft compensatoires 2018 !

Publicités

1 Comment

  1. Chambertin21

    1 mars 2017 at 17:20

    Franchement, j’aurais pas cru non plus que Hayward exploserait comme ça aux Chargers, on peut difficilement blâmer le staff là dessus.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.