Échauffement Finale de conférence : ATL – GB

ATLANTA FALCONS (ATL) – GREEN BAY PACKERS (GB)

0486160001484767066_filepicker

Finale de conférence, dernière étape avant le paradis Superbowl. Il y a aura forcément une équipe malheureuse dimanche soir. La confrontation est beaucoup plus équilibrée que la plupart des médias veulent bien le laisser entendre, eux qui ne voient pas comment l’attaque des Falcons peut être stoppée. Mais c’est oublier que le sort du même match de saison régulière avait été décidé à la dernière seconde, un match où les Packers présentaient un visage bien différent.

DES FALCONS INARRÊTABLES ?

0286402001439600766_filepicker

Matt Ryan (n°2) – Julio Jones (n°11) : le duo de choc des Falcons

Si on se fie aux statistiques, oui les Falcons font peur offensivement. Ils ont la meilleure équipe NFL en termes de points marqués, et de loin (!), avec 33,8 pts marqués par match. Seulement, il faut regarder à deux fois le calendrier des Falcons pour voir qu’ils ont augmenté leur moyenne de points en étrillant des pauvres Los Angeles Rams (42-14) et San Francisco 49ers (41-13) si faibles offensivement ou en battant par deux fois les New Orleans Saints (45-32 et 38-32) habitués à jouer les portes ouvertes en défense tout en ayant la 2ème attaque NFL en terme de points. En semaine 8, les Packers avaient encaissé 33 pts, soit un peu moins que la moyenne des Falcons.

Les Atlanta Falcons ont tendance à avaler les yards offensivement, 2ème total NFL avec 415,8 yards par match. C’est énorme mais encore une fois, les Packers n’avaient encaissé « que » 378 yards en semaine 8.

Green Bay est donc capable, non pas de stopper Atlanta, mais au moins d’enrayer les Falcons. Lors de la première confrontation, les Falcons avaient eu 8 fois la balle en main. Certes ils avaient enquillé 4 touchdowns mais avaient dû aussi se contenter de 2 fields goals et de 2 punts.

Et tout cela dans une mi-saison où les blessures s’accumulaient côté GB. Ainsi manquaient à l’appel pour la défense en semaine 8 : Clay Matthews (OLB), Damarious Randall (CB) et Quinton Rollins (CB). Dimanche, Matthews et Randall seront présents en quasi pleine possession de leurs moyens.

tevin-coleman-devonta-freeman-falcons-playoffs

Freeman (n°24) – Coleman (n°26) : l’autre duo de choc des Falcons !

Alors oui, les Falcons sont impressionnants offensivement car ils sont aussi efficaces par les airs (ce qui est connu) que par le sol (ça c’est un peu moins flashy). Atlanta présente un duo redoutable de coureurs avec Devonte Freeman et Tevon Coleman, faisant d’Atlanta la 4ème équipe NFL pour la moyenne de yards par course (4,6). Coleman était absent lors du premier match ATL-GB, et c’est comme si Freeman en avait été orphelin, lui qui fut réduit à 35 petits yards en semaine 8.

La première mission de la défense Packers sera là : annihiler la course. Si GB ne stoppe la course, la soirée va être longue : Matt Ryan pourra faire des play action à foison (feinte de course et passe), et surtout les Falcons pourront faire tourner le chronomètre et laisser Aaron Rodgers sur la touche.

Cela tombe bien, les Packers présentent peut-être le meilleur front-7 de ces finales de conférence. Mike Daniels (DT), Letroy Guion (DT), Clay Matthews (OLB), Nick Perry (même s’il a un plâtre à l’avant-bras droit), Julius Peppers (OLB), Kenny Clark (DT) sont tous en forme et prêts à en découdre face à la ligne offensive la plus faible de ces finales de conférence.

Entendons-nous bien, la plus faible du dernier carré ne veut pas dire mauvaise, cela reste un top 10 et ce n’est pas l’OL des Seahawks par exemple, contre qui justement la défense des Falcons a pu passer pour une bonne défense le tour précédent. Elle est même une des meilleures en protection pour la course (run blocking), ce qui explique les belles performances de Freeman et Coleman. Il faut dire que l’OL des Falcons s’est bien améliorée à l’intersaison avec l’acquisition d’Alex Mack, un des meilleurs Centres NFL.

mjs-packers16_-spt_-sieu_-20-packers16

Clay Matthews tourmentera t-il Matt Ryan ?

Cependant, cette OL est plutôt moyenne en protection de passe et notamment son right guard (RG), Chris Chester, un des pires RG de la NFL. Mike Daniels (DT) avait largement pris l’ascendant lors du premier match mais ses pressions sur Ryan n’avaient pas été efficientes du fait des lignes secondaires aux abois qui avaient laissé à Ryan des solutions. Un pass-rush efficace sera l’arme n°1 de GB pour pouvoir enrayer la dynamique de Matt Ryan.

NFL: Green Bay Packers at Atlanta Falcons

Gunter et Clinton-Dix (n°21) seront au marquage de Julio Jones (n°11)

Les lignes secondaires ont elles la mission de se racheter de leur prestation de mi-saison. Ladarius Gunter (CB) avec Clinton-Dix (FS) toujours en surveillance avaient bien muselé Julio Jones, le receveur n°1 NFL. Il faut néanmoins ajouter que Jones s’était blessé à la cheville un peu avant la mi-temps et était beaucoup moins tranchant en seconde période. Alors pourquoi pas ne pas rééditer la performance que ce duo avait fait en semaine 8 et contre Beckham Jr en Wild-Card ?

Seulement, Julio Jones n’est pas seul, Mohamed Sanu (WR) et Taylor Gabriel (WR) profitent de la surveillance dont fait l’objet le receveur star et avaient crucifié la défense Packers. Même le rookie tight-end Austin Hooper avait tiré son épingle du jeu. Mais cette fois, Damarious Randall (CB) est là et Micah Hyde (CB) est éblouissant depuis quelques matchs. La question principale sera de savoir si Morgan Burnett (SS) sera rétabli. Je suis plutôt pessimiste sur la question, et même s’il est aligné compte tenu de l’enjeu, j’ai peur que ce soit pour mieux sortir au bout de quelques jeux. On a vu l’importance de son absence contre les Dallas Cowboys. Kentrall Brice (SS), rookie non drafté, est déjà un très bon plaqueur mais il pêche encore en couverture.

Quoi qu’il en soit, la défense sort d’un match contre une attaque qualifiée aussi d’inarrêtable. Si le corps de receveurs des Falcons est supérieur à celui des Cowboys, le jeu à la course d’Ezekiel Elliott est pour moi plus problématique que celui du duo Freeman-Coleman. Et quant à la comparaison entre l’OL des Cowboys et l’OL des Falcons, il n’y pas photo…

Alors oui, la défense est dans de meilleures dispositions qu’en semaine 8 pour rendre la vie difficile à Matt Ryan. Et sa mission est la même que contre les Cowboys, faire quelques « stops » décisifs, voire un ou deux turnovers. Et on se souvient que lors du dernier drive victorieux d’Atlanta, Matt Ryan fut par deux fois tout près d’être intercepté par Gunter et Clinton-Dix ! Mais le destin était avec Atlanta. Matt Ryan saura t-il résister à la pression, lui qui présente une fiche de 2 victoires et 4 défaites en play-offs et traîne ainsi une réputation de joueur résistant mal à la pression ? On le saura demain soir.

AARON RODGERS DÉSARMÉ ?

untitled-image-33

Rodgers est le seul QB qui peut jouer en lévitation ?

S’il y a un quarterback qui résiste bien à la pression, c’est bien le QB qui sera face à Matt Ryan dimanche soir : Aaron Rodgers (9 victoires et 6 défaites en play-offs).

Plus la peine d’en faire des tonnes, l’avis est plutôt unanime, Aaron Rodgers est sûrement le quarterback le plus doué de sa génération. Et pour l’aider, il était censé disposer de quasiment toutes ses armes à la différence du match de semaine 8 où Jared Cook (TE), Randall Cobb (WR) et Ty Montgomery (WR) manquaient à l’appel.

Seulement voilà, alors qu’au sortir d’une victoire contre les Cowboys, tout le monde était heureux et semblait partant pour le match suivant. Mais depuis, Davante Adams (WR), blessé à la cheville, et Geronimo Allison (WR), blessé à l’ischio-jambier, ne s’entrainent plus pour reposer leurs corps.

Quant à Jordy Nelson (WR), il reprend l’entrainement. Mais ça ressemble plus à une remise en jambes qu’à un espoir de participation. S’il peut recevoir des passes sans opposition, il semble à coup sûr qu’il ne pourra pas jouer demain. En effet, les fractures aux côtes sont encore trop fraîches. Un nouveau choc les briserait de nouveau.

Aaron Rodgers

De nouvelles connexions gagnantes entre Aaron Rodgers et Jared Cook ?

Si Nelson devrait rester sur le banc de touche à espérer que ses coéquipiers qualifient Green Bay à un Superbowl où il pourrait participer, Adams et Allison seront présents au coup d’envoi. Et il reste encore Cobb, Cook, et même Janis et Montgomery, ce dernier peut même être écarté en receveur depuis sa position de coureur comme cela fut fait plusieurs fois face aux Cowboys.

Pour délivrer ses passes, Aaron Rodgers aura besoin de l’habituelle protection exceptionnelle de sa ligne offensive dont il bénéficie habituellement. Par rapport au premier match contre les Falcons, Linsley a remplacé JC Tretter au poste de Centre, et on peut dire que GB n’y a pas perdu au change. De plus, le pro-bowler TJ Lang (RG) sera en pleine possession de ses moyens alors qu’en semaine 8, il jouait blessé et cela s’était ressenti : il fit peut-être son plus mauvais match de la saison.

Cette fois, l’OL de GB est prête face au pass-rush qui n’est pas le plus effrayant de la NFL. Il comporte une star, Vic Beasley (OLB), leader de la NFL en sacks (15,5). Seulement, il n’en a réalisé aucun lors des 4 derniers matchs alors qu’il n’a pas affronté des Tackles de qualité.. En plus, Beasley va être orphelin d’Adrian Clayborn (DE), blessé au biceps, qui avait fait son meilleur match de l’année contre les Packers (2 sacks).

Aaron Rodgers devrait donc pouvoir scanner le terrain et danser tout le temps qu’il souhaite. Peut-être n’aura t-il pas besoin de beaucoup de temps car les lignes secondaires d’Atlanta sont plutôt indigentes pour une équipe de ce calibre, encore plus l’absence de leur meilleur élément, le cornerback Desmond Trufant, blessé à l’épaule depuis plusieurs semaines. Cela donne un 28ème rang NFL en termes de yards encaissés à la passe (266,7 yards par match). Il faudra se méfier néanmoins de deux rookies de qualité : Deion Jones (MLB) et Keanu Neal (SS), pouvant être efficaces dans les blitz.

green-bay-packers-ty-montgomery-ankle-injury-update

Ty Montgomery, le facteur X de Green Bay

Et comme si cela ne suffisait pas, la défense à la course des Falcons n’est pas vraiment meilleure : 27ème rang NFL en terme de yards encaissés par course (4,5 yard par portée). Cette friabilité peut inciter les Packers à un peu plus se reposer sur Montgomery, Ripkowski et Michael pour avancer et « manger le chronomètre ». Si les Packers n’en avaient pas profité en semaine 8, c’est qu’ils étaient en plein tourbillon au poste de running back. Lacy et Starks (RB) étaient blessés, Montgomery n’avait pas encore changé de poste, Ripkowski (FB) émergeait seulement et c’est l’éphémère Knile Davis (2 semaines chez les Packers) qui était le RB n°1 ce soir là !

Cela veut dire que comme contre les Cowboys, si Green Bay mène au score rapidement, cela sera très compliqué pour les Falcons de recoller au score avec cette défense. L’équipe qui fera les premiers stops défensifs prendra une énorme option sur le résultat final.

Enfin, sur les équipes spéciales, les Packers disposent du meilleur kicker, véritable assurance tous risques. Mason Crosby (K) tentera de prolonger sa série record de FG victorieux en play-offs. Il peut même obtenir le meilleur pourcentage en carrière d’un kicker en play-offs! Il lui suffit pour cela de rentrer le premier field goal qui lui sera proposé ! La présence de Crosby est primordiale en play-offs où la pression et l’enjeu sont à leurs paroxysmes.

Orgie offensive, deux QB d’exception, des stops défensifs qui vaudront de l’or, des turnovers qui seront incroyablement importants : tel est le programme de la finale de conférence NFC 2016. Enjoy !

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Rodgers (QB) – Montgomery (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – TJ Lang (RG) – Bulaga (RT) – Cook (TE) – Adams (WR) – Cobb (WR) – Allison (WR)

Défense :

Guion (DT) – Daniels (DT) – Matthews (OLB) – Ryan (ILB) – Martinez (ILB) – Perry (OLB) –  Randall (CB) – Gunter (CB) – Hyde (CB) – Burnett (SS) – Clinton-Dix (FS)

Coup d’envoi dimanche à 15 h 05, heure locale, 21 h 05, heure française.

Publicités

4 Comments

  1. J’ai le même sentiment sur ce match, notamment sur plusieurs points:

    Atlanta a fait du tir au pigeon toute la saison contre des équipes à la ramasse pour diverses raisons.
    Je n’ose même pas imaginer le carnage contre la D des Broncos ou celle des Texans…
    On nous parle beaucoup de cette attaque inarrêtable, notamment au sol, mais on a vu à quelle vitesse cet aspect du jeu pouvait devenir inutile si l’adversaire s’envole soudain au score.

    Par ailleurs, la Drun des Packers a été balancée aux oubliettes médiatiques après le premier match contre DAL alors qu’elle n’avait pas été ridicule. Freeman et Coleman sont très bons mais leur valeur vient de leur capacité en réception, ce ne sont pas des HBs pur et dur qui vont nous perforer façon Zeke ou Lynch donc notre F7 aguerri et enfin complet pourrait en surprendre plus d’un…

    Matty Ice a beau faire une saison remarquable, je crois me souvenir que ce n’est pas le meilleur des QBs sous pression avec pas mal de déchet une fois qu’il commence à douter. Là aussi, je crois qu’on va peut-être voir nos rushers aller au bout alors qu’on a souvent manqué de hargne pour finir le job cette saison. On a largement le personnel pour secouer Ryan et j’ai hâte de vérifier ça !

    Au final, ça peut sembler fou, mais je pense que GB a l’avantage dans la mesure ou Rodgers a plus de marge contre la D des Falcons que Ryan contre la nôtre.

    Sinon je suis pas doué pour les prénoms exotiques, mais il me semblait que c’était:
    Quinten Rollins (Quinton)
    Tevin Coleman (Tevon)
    Devonta Freeman (Devonte)
    ^^

  2. À condition d’être au complet et non grippé, je continue à dire que les Packers seront à Houston dans 15 jours, et que demain soir les Packers vont plumer les faucons, et emballer les plumes, pour en faire une couette.
    Le plus dure a été fait, et bien fait le week-end dernier à Dallas, et une donner que beaucoup de spécialistes semble oublier, c’est que les Packers après avoir battu le numéro un de la saison, sont remontées a bloc, sont en pleine confiance, sur une série de 8 victoires, Rodgers au dessus de tout le monde, Crosby infaillible en playoff, notre défense a son meilleur niveau depuis le début de saison, et le coaching staff a mis de l’eau dans son vin !
    Ce que je crains, c’est le trou noir que l’on a, à chaque match, soit au début soit après la pause. Si on pouvait éviter ce scénario, et en particulier celui de la semaine dernière, ça nous évitera les coup de chaud et le stress.
    Confiant pour demain, il nous faut exorcisé la défaite crève cœur à Seattle de Janvier 2015, et ça passe par un grand match à Atlanta, et croyez moi les Falcons vont trouver une vrai équipe, remontées comme un coucou, d’un autre niveau que le 1er match, et que beaucoup d’équipes en toc qu’ils on croisé tout au long de leurs saison.
    The Pack is Back !
    Go Pack Go !

  3. JORDY NELSON EST ACTIF CE SOIR
    il sera en tenue pour joueur et porterait apparemment une protection militaire en kevlar. Néanmoins, je reste sceptique sur son rendement ce soir. Qu’il me fasse mentir !

  4. Bon match ! Go Pack Go !!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.