Échauffement Wild-card Round : GB – NYG

GREEN BAY PACKERS (GB) – NEW YORK GIANTS (NYG)

index

Ca y est, nous y sommes, le moment que tout fan de NFL attend toute la saison: les play-offs sont là ! Après une saison qui a vu les Packers connaître la plus longue série de défaites depuis 8 ans, Green Bay est finalement en play-offs et vainqueur de la NFC North oblige, ils ont l’honneur de recevoir lors de ce tour des wild-cards. Les visiteurs sont les New York Giants.

UN DUEL HISTORIQUE

170105-giantspackers-600-1

En 1929, les Packers remportent face aux NY Giants une rencontre décisive pour remporter le titre NFL

Les Green Bay Packers et les New York Giants sont, avec les Chicago Bears, des franchises historiques et emblématiques de la NFL. C’est donc naturellement que Packers et Giants étaient rivaux et se retrouvaient régulièrement pour jouer le titre NFL avant l’ère du Superbowl.

La rencontre Packers-Giants a ainsi décidé du titre NFL en… 1929, 1930, 1938, 1939, 1944, 1961 et 1962 ! Toutes ces rencontres, à l’exception de l’année 1938, ont été remportées par les Green Bay Packers, constituant 6 des 13 titres NFL de la franchise du Wisconsin.

Dans l’ère du Superbowl, Giants et Packers ne peuvent plus se rencontrer qu’en finale de conférence NFC. Plus récemment, les Giants ont brisé par deux fois la destinée de Packers que tout le monde voyait remporter le graal du Superbowl. Les deux fois, les NY Giants étaient menés par leur quarterback actuel : Eli Manning.

En 2007, sans le savoir, les Giants mettaient fin à l’ère de Brett Favre à Green Bay en finale de conférence NFC. Le QB légendaire lançait, dans une atmosphère polaire, une interception en prolongations avant que les Giants ne clôturent le match par un field goal.

En 2011, des Packers quasi imbattables (saison régulière à 15-1) effectuent leur plus mauvaise prestation (foire de ballons perdus) en divisional round face à une défense redoutable.

En guise de maigre consolation, en ces deux occasions, les Packers ont été battus par le futur champion en titre. Les Packers ont à coeur cette fois de ne pas chuter à Lambeau Field.

FAIRE SAUTER LE VERROU DE LA DÉFENSE GIANTS

NFL: Chicago Bears at New York Giants

Landon Collins (n°21-SS), féru de sacks et d’interceptions

Comme en 2007 et 2011, les Giants vivent et survivent avec leur défense, même en l’absence de leur joueur le plus emblématique : Jason Pierre-Paul (DE) actuellement blessé depuis plusieurs semaines.

Cette défense plie mais ne rompt pas. Elle concède près de 340 yards par match (10ème NFL) mais elle est celle qui concède le moins de touchdowns en NFL ! Les Giants n’encaissent en moyenne que 1,62 TD par match ! Autant dire que si les Packers marquent 2 TD, cela commencera à sentir bon pour GB…

Comment accomplit-elle ce miracle ? En étant intraitable en zone rouge (derniers 20 yards). Les Giants sont, et de très loin, l’équipe qui accorde le moins de touchdowns lors des incursions adverses en zone rouge. Seulement 39,5% des incursions des adversaires des Giants en zone rouge se sont conclus par un touchdown.

En conséquence, les Giants accordent peu de points et sont même la 2ème équipe NFL derrière les New England Patriots dans cette catégorie, avec 17,8 pts accordés en moyenne. Convertir des TD au lieu de field goals, et ne pas laisser 4 pts en route à chaque fois, sera une des clés du matchs. Si les Packers atteignent la mi-temps avec 21 pts au compteur, on peut vraisemblablement être confiant sur une victoire de GB.

jordy-nelson-aaron-rodgers

Rodgers-Nelson : le tandem est de retour depuis la mi-saison 2016

Mais s’il y a bien un quarterback qui est efficace cette saison en zone rouge, c’est bien Aaron Rodgers ! Sa connexion avec Jordy Nelson est la meilleure en nombre de touchdowns dans cet espace du terrain. Et on a vu ces dernières semaines un nouveau « classique » avec le « quick slant » (tracé court intérieur) de Davante Adams, schéma que peut aussi appliquer Randall Cobb qui a préservé sa cheville douloureuse ces 2 dernières semaines pour mieux revenir dimanche. Et on a vu contre les Lions que si la ligne offensive, reconnue la meilleure NFL en pass protection, laisse du temps à Rodgers, il trouvera forcément la solution (plus de 8 secondes sur TD d’Allison).

Aaron Rodgers devra aussi se méfier de la capacité de cette défense à effectuer des interceptions. Avec 17 interceptions sur la saison, soit plus d’une par match, les Giants sont toujours à l’affût. Là encore, ils vont avoir fort à faire avec Aaron Rodgers, aucune interception dans les 6 derniers matchs et effectuant actuellement la plus longue série de passes de sa carrière sans interception.

Landon Collins (SS), Janoris Jenkins (CB), Dominique Rodgers-Cromartie (CB), Eli Apple (CB) forment une secondary dangereuse. Cependant, la défense à la passe est le point où GB peut appuyer fort car celle-ci encaisse beaucoup de yards (22ème équipe NFL en yards concédés à la passe). Le tout est de ne pas tenter de passes trop osées, exactement ce qui fait l’ADN du n°12 de GB.

Et en comparaison à la semaine 5 (victoire de GB 23 à 16 rappelons-le), Aaron Rodgers aura cette fois à sa disposition Jared Cook (TE), absent lors de ce match, et aussi un Jordy Nelson (WR) beaucoup plus en jambes qu’en début de saison où il revenait de son année de blessure au genou. De même, Eddie Lacy, auteur de 81 yards, avait effectué une performance que peuvent reproduire ensemble le trio Montgomery – Ripkowski – Michael.

La ligne offensive aura fort à faire mais elle est capable de résister au pass-rush des Giants qui n’est pas le point le plus fort de la défense des Giants. Amputé (^^) de Pierre-Paul (DE), le front-7  Giants compte essentiellement sur Olivier Vernon (DE). Attention toutefois aux blitz de Landon Collins (meilleur SS NFL selon un panel de 50 journalistes de référence désignant les joueurs « All-Pro »). Mais l’OL Packers en a vu d’autres, Bakhtiari (LT) et Bulaga (RT) effectuent leur meilleur saison et justifient la stratégie « draft and develop » de la franchise, tant ces postes sont cruciaux.

Outre la défense en zone rouge, là où la défense Giants est intraitable, c’est contre la course ! En n’accordant que 3,6 yards par course en moyenne, elle est la 2ème NFL dans cette catégorie statistique. Et c’est bien pour ça qu’elle est responsable de 2 des 3 défaites des Dallas Cowboys cette saison, les texans ayant une attaque essentiellement basée sur la course. Les DT Harrison et Hankins forment une muraille imperméable.

Là encore, ce profil convient très bien à l’attaque Packers portée avant tout sur la passe (logique quand on a Aaron Rodgers aux commandes). Elle a d’ailleurs retrouvé son niveau de performance en 2016 en renouant avec une attaque de possession par la passe qui est beaucoup plus choisie en première tentative. Alors, la blessure d’Eddie Lacy, un mal pour un bien ? Je n’irai pas jusque là mais elle a au moins obligé les Packers à retrouver leur ADN et ne plus forcément jouer la course en première tentative (voire également en deuxième).

LA DÉFENSE PACKERS VA T-ELLE TENIR ?

636116964166307947-apc-packvsgiants-100916-djp00509

La secondary Packer saura t-elle contenir les recveurs Giants ?

C’est toute la question. Car elle va être confrontée à un des meilleurs receveurs actuels de la NFL : Odell Beckham Jr. Après un début de saison moyen, il est monté en gamme.. après la défaite contre les Packers. Lors de ce match, il avait été bien contenu par Ladarius Gunter (CB) avec seulement 56 yards et 1 TD. Gunter, prototype en devenir du « shutdown corner », devra se remettre à l’ouvrage (même en présence de Randall). L’avantage, c’est qu’il connait déjà la recette pour contenir le n°13. Seulement, Beckham est plus efficace qu’en semaine 5..

À n’en pas douter, Ha-Ha Clinton-Dix (FS), qui vient d’être nommé à la fois au Pro Bowl et dans la 2ème équipe All-Pro, aura les yeux beaucoup plus axés sur la partie du terrain de Beckham Jr. Et pourquoi pas réaliser des interceptions ? Car il y a matière à en faire, l’interception étant le pêché mignon d’Eli Manning (QB).

Avec 16 interceptions cette année (soit une moyenne de 1 par match), Eli Manning est le quarterback qualifié en play-offs qui a effectué le plus d’interceptions, en charmante compagnie du QB des Houston Texans Brock Osweiler au plus mauvais rapport qualité-prix de la NFL. La secondary Packers a la possibilité d’user de cette faiblesse comme elle peut le faire quelques fois (5 INT contre Russell Wilson en semaine 13).

Mais pour cela, il ne faudra pas que Manning joue dans un fauteuil. C’est une mission faisable pour le pass-rush Packer car l’OL des Giants a un niveau de 2ème moitié NFL. Elle est particulièrement fragile sur les extérieurs, leurs Tackles (Flowers, Hart, Newhouse) n’étant vraiment pas des gages de sécurité.

fackrell-sack-of-eli-640x480

Au niveau sacks, les Packers devront faire aussi bien qu’en semaine 5 (4 sacks)

Grosses occasions à saisir pour les OLB Clay Matthews, Nick Perry, Julius Peppers voire Datone Jones. La pression sur Manning sera essentielle pour le faire déjouer, pas seulement avec des interceptions mais aussi des passes incomplètes, et ainsi l’empêcher de trouver outre Beckham, mais aussi le rookie Sterling Shepard et le vétéran Victor Cruz sur qui le marquage sera forcément moins serré. L’autre avantage de l’attaque des Giants, c’est qu’elle ne possède pas de tight-end d’envergure, donnée sur laquelle la défense des Packers a toujours des problèmes. On peut enfin s’attendre à beaucoup de blitz de la part de GB sur les 3èmes tentatives, les Giants ayant la 28ème attaque NFL en 3ème tentatives.

Oui mais voilà, si l’équation se résumait à contenir la passe lors de la semaine 5 (43 yards à la course), il y a maintenant un jeu de course à prendre en compte. En complément de Rashad Jennings (RB), le rookie Paul Perkins (RB) prend son envol en cette fin de saison au point de passer la barre des 100 yards en semaine 17.

En fait, après un début de saison famélique, le jeu à la course des Giants va crescendo depuis la mi-saison. Ainsi, depuis la semaine 10, les Giants dépassent toujours les 90 yards à la course (à l’exception de la rencontre contre les Pittsburgh Steelers en semaine 13).

Les Packers ne pourront donc pas négliger le jeu à la course et devront rester concentrés dans ce domaine comme ils l’ont été tout au long de la saison. Les DT Guion et Daniels auront un challenge de taille face à Pugh (LG) et Richburg (C), les deux meilleurs linemen Giants, qui tenteront d’ouvrir des brèches pour leurs coureurs qui ont effectué leur meilleur match de l’année en semaine 17 (161 yards !).

UN MATCH DE PLAY-OFFS À LAMBEAU

Dans la lignée des Packers-Giants de janvier, les températures seront encore frigides demain à Lambeau Field : – 13°C (- 18°C ressentis) attendus au coup d’envoi. Un vent soutenu du sud-ouest sera attendu. Ces conditions vont particulièrement influencer le jeu au pied selon le camp choisi face ou avec le vent.

Mason Crosby (K) est sûrement le meilleur kicker pour jouer dans ces conditions avec une carrière entière effectuée à GB. À la fois précis et puissant, il est capable d’enfiler, malgré un ballon dur comme de la pierre, les FG de plus de 50 yards demain avec le vent portant. Il détient d’ailleurs la série la plus longue de fields goals consécutifs réussis en play-offs (20-record NFL), série en cours. Autant dire que Crosby, la pression, il connaît, et s’il y a un FG à rentrer pour la victoire, c’est bien lui qui peut le réussir.

Les équipes spéciales de GB auront leur mot à dire, enfin éviter de faire parler d’elles en négatif. Mais Micah Hyde (CB), pour les retours de punts, et Christine Michael, pour les retours de kickoffs, ont donné certains gages de sécurité.

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Rodgers (QB) – Montgomery (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – TJ Lang (RG) – Bulaga (RT) – Cook (TE) – Nelson (WR) – Cobb (WR) – Adams (WR)

Défense :

Guion (DT) – Daniels (DT) – Matthews (OLB) – Ryan (ILB) – Martinez (ILB) – Perry (OLB) –  Randall (CB) – Gunter (CB) – Hyde (CB) – Burnett (SS) – Clinton-Dix (FS)

Coup d’envoi dimanche à 15 h 40, heure locale, 22 h 40, heure française.

 

5 Comments

  1. Bravo pour le super papier très complet sur le match que l’on attend tous dimanche soir contre le Giants.
    Bravo pour le temps consacré à notre Team préféré, les Packers de Green Bay !
    J’ai posté un petit commentaire hier soir sur week-end 17 classement.
    J’y disait toute ma confiance en Rodgers et sa troupe pour nous emmener une semaine de plus en playoff dans le Texas sûrement, et même encore dans le Texas en février !
    On va d’abord suivre les matchs de ce soir, et pop corn et Coca pour demain et on débrief tous ça lundi et les autres semaines j’espère…

  2. Merci ! Ca fait toujours plaisir car ça demande du temps ; les chiffres, je les sors pas de mon chapeau ! ^^ Mais quand on aime…

    Comme dit dans l’article, je trouve qu’on matchup super bien avec ces Giants. Maintenant, on est jamais à l’abri de turnovers assassins.
    Tant que c’était pas mathématiquement mort, j’y ai toujours cru mais je pensais plutôt qu’on rentrerait dans le tableau des PO par le strapontin du 6th seed (façon 2010), pas de là à remporter la NFC North mais bon.. les Lions restent les Lions. ^^ Néanmoins, je les donne pas battus chez les Seahawks, pour moi il y a match.

    Pour la suite, un match chez les Falcons me semble quand même plus abordable que les Cowboys. Je vois beaucoup plus notre défense pouvoir arrêter l’attaque Falcons que la défense Falcons nous ralentir. Alors que les Cowboys, leur rouleau compresseur offensif est quand même difficile à enrayer..

    Mais d’abord BEAT THE GIANTS !

  3. Je pense aussi que DET peut pas mal ennuyer SEA même chez eux ^^ !
    Sinon Favre a dit qu’il nous voyait au SB, pourvu qu’il ait raison…
    Mais l’avantage d’avoir Godgers en QB c’est qu’on peut y croire à chaque match peu importe l’adversaire.
    Par contre MIA HOU en entrée de PO, ça risque d’être brutal comme match…

  4. Favre, ça m’a fait plaisir son commentaire. On sent que maintenant la relation GB-Favre est apaisée.
    Par contre, l’entrée de PO, c’est OAK – HOU
    MIA HOU c’est pour les amoureux des félins ^^

  5. Faut pas oublier Rodgers pour notre jeu au sol, certaines de ses courses nous ont sauvé la mise plusieurs fois cette saison, et elles pourraient bien être décisives encore ce soir.
    J’ai tendance à penser que le niveau de la Oline des Giants sera la clef du match, si notre front seven lui fait prendre la marée, ça mettra Manning en difficulté et soulagera notre secondary.
    J’espère surtout voir deux meilleurs match ce soir que ce qu’on a vu hier, où les punters ont eu un max de boulot.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.