Échauffement Week 12 : PHI – GB

PHILADELPHIE EAGLES (PHI) – GREEN BAY PACKERS (GB)

scouting-report-eagles-packers

Même si ce ne serait pas mathématiquement terminé, une défaite ce soir à Philadelphie anéantirait quasi définitivement les espoirs de play-offs des Packers. Si les Eagles sont invaincus chez eux cette saison, il y a pourtant des motifs d’espérer la victoire de Green Bay.

NE PLUS AVOIR DE RETARD À L’ALLUMAGE

Si les Packers veulent s’en sortir et se redonner confiance, cela passe par un début, pas forcément tonitruant, mais qui permet de prendre l’avantage sur son adversaire. Trop de fois cette saison et encore plus ces dernières semaines, les Packers ont couru au score derrière leur adversaire.

La défense a les capacités de ralentir l’adversaire mais ne sait pas tenir la cadence sur la totalité d’un match. Alors, c’est à l’attaque de permettre à la défense de souffler en enchainant les premières tentatives.

Être en position de meneur permet de jouer avec moins de pression, que ce soit en attaque en équilibrant plus la balance entre les jeux de course et les jeux de passe, ou en défense où cela permet d’être plus agressif sur le quarterback adverse.

UN FRONT-7 EAGLES AGRESSIF

fletcher-cox

Fletcher Cox, le « monstre » de la ligne défensive des Eagles

Le front-7 est la force de l’équipe de Philadelphie, et plus particulièrement sa ligne défensive. Fletcher Cox (DT) en est la star et polarise toutes les attentions. Il est accompagné sur le côté gauche par Connor Barwin (DE), modèle de régularité encore à 30 ans, et à droite par Brandon Graham (DE). Vinny Curry (DE) et Beau Allen (DT) complète la rotation. Cette ligne dominante permet aux linebackers de briller et notamment Michal Kendricks (LB) et Jordan Hicks (LB). Les Eagles ont ainsi la 3ème défense NFL sur les 3èmes tentatives.

Ce front-7 musculeux met facilement la pression sur le QB adverse, ce qui permet aux Eagles d’être dans le top 10 de la défense à la passe. Mais ils auront à qui parler avec Bakhtiari (LT) et Bulaga (RT). Problème, la poutre intérieure TJ Lang (RG) sera absente, et probablement remplacé par Barclay (au lieu d’un Spriggs convaincant la semaine dernière) dont on se demande pourquoi il a encore les faveurs du staff au fil de ses médiocres prestations.

La clé du match sera dans la capacité de notre ligne offensive à contenir le front-7 adverse.

Attention toutefois à ne pas se créer des handicaps inutiles via les équipes spéciales. Les Packers sont la 30ème équipe au niveau des yards concédés sur retour et ils auront en face d’eux une équipe efficace sur ce sujet. Les Eagles ont ainsi déjà retourné deux kickoffs pour des TD depuis le début de saison et Darren Sproles demeure un redoutable retourneur de punt.

DE LA PLACE POUR UN JEU VARIÉ

Si Aaron Rodgers a du temps (en gros, si Barclay ne se fait pas marcher dessus 🙂 ), alors il y aura de quoi faire avec les lignes arrières poreuses de Philadelphie. Certes, il existe Malcolm Jenkins (S) qui est le couteau suisse de la défense Eagles. Mais il ne peut pas tout faire et sera sûrement affecté au marquage du TE Jared Cook. Aux autres receveurs de profiter des largesses des cornerbacks adverses, et notamment de l’inexpérimenté rookie de 7ème tour Jalen Mills.

De plus, Green Bay sera sûrement plus amené à jouer plus de courses car cette balance déséquilibrée rend le jeu offensif de Green Bay prévisible. Cela tombe bien, la défense contre la course des Eagles se situe dans la deuxième moitié des équipes NFL. De la place pour voir une variété de courses derrière Starks – Montgomery – Ripkowski et la recrue Michael qui jouera à coup sûr.

UN QB ADVERSE TALENTUEUX MAIS JEUNE

Philadelphie a cassé sa tirelire de choix de drafts pour s’offrir le QB Carson Wentz en avril dernier. Le jeune QB a montré qu’il avait du talent et porte ainsi des espoirs inespérés de play-offs à Philadelphie quand il devait s’agir d’une année de reconstruction sur la terre brûlée laissée par l’ex-coach Chip Kelly.

usatsi_9554046

À l’instar de Willie Young des Chicago Bears, les Packers devront mettre la pression sur Wentz pour exister

Mais pour briller, ce QB, et c’est bien normal, a besoin de temps. Il peut être précis et a un bras puissant mais il résiste mal à la pression. S’il a pu effectuer de bonnes performances jusqu’alors, c’est grâce à une des meilleures lignes offensives de la NFL. Alors, comment mettre la pression sur Wentz ? Le maillon faible sera incontestablement le poste de RT où, en raison de la suspension du RT 1 et de la blessure du RT 2, c’est un 3ème couteau, Allen Barbre, qui officiera pour la première fois à ce poste. Nick Perry (OLB) aura de quoi se régaler si ses camarades de la ligne défensive arrivent à occuper l’efficace RG Brandon Brooks.

Blitzer sera alors forcément une arme à utiliser. Une arme d’autant plus naturelle que les Eagles ont un corps de receveurs qui est un des plus pauvres de la NFL. Orphelins de Desean Jackson, les Eagles disposent du seul Jordan Matthews (WR) qui assure l’essentiel mais a plus la carrure d’un WR2 que d’un WR1.

Dès lors, les lignes secondaires des Packers trouvent ici la confrontation la plus accessible de ces dernières semaines, on passe même du tout au tout par rapport à l’escouade de receveurs des Redskins. Il y a en plus le retour annoncé de Damarious Randall qui amènera, non sa vitesse, mais sa technique qui le permet d’être près au marquage de son receveur. Il devrait reprendre sa place de CB 1 en l’absence définitive de Shields et sera au marquage de Jordan Matthews (WR). Cela devrait aider les Packers à jouer haut et à inciter plus les safeties à blitzer.

16308684-mmmain

Darren Sproles (RB), du haut de son 1m68, est une grosse menace sur « screen pass » et sur retour de punt.

Il faudra néanmoins se méfier des soupapes de sécurité que constituent le TE Zach Ertz et le RB Darren Sproles, ce dernier étant un adepte particulier de « passes écran » assassines.

Par ailleurs, ce même Sproles sera à surveiller à la course, un domaine où les Eagles sont la 6ème équipe NFL. Seulement, Green Bay a du répondant contre la course et surtout Sproles sera orphelin du meilleur coureur de Philadelphie Ryan Matthews, une grosse épine enlevée du pied de Green Bay.

Ce match est à double tranchant pour les deux équipes qui jouent 95 % de leur qualification en play-offs sur ce match. En effet, malgré leur meilleur bilan, les Eagles sont derniers de la NFC East et ne peuvent espérer une wild-card que par un bon bilan alors que les Packers peuvent toujours espérer le titre de division.

LES COMPOSITIONS PROBABLES

Attaque :

Rodgers (QB) – Starks (RB) – Bakhtiari (LT) – Taylor (LG) – Linsley (C) – Barclay (RG) – Bulaga (RT) – Cook (TE) – Nelson (WR) – Cobb (WR) – Adams (WR)

Défense :

Guion (DT) – Daniels (DT) – Perry (OLB) – Thomas (ILB) – Ryan (ILB) – Matthews (OLB) – Randall (CB) – Gunter (CB) – Rollins (CB) – Burnett (SS) – Clinton-Dix (FS)

 

Coup d’envoi lundi à 20 heures 25, heure locale, 2 heures 25 (mardi), heure française.

 

 

3 Comments

  1. Go Pack go !
    Cette semaine c’est la bonne, c’est le moment ou jamais pour mettre fin à cette spirale négative.
    J’espère que Jared Cook va continuer sur le même rythme que la semaine dernière et qu’on va pouvoir voir le nouveau coureur Michael.

  2. Yeaaah ! On y croit !
    De toute façon, c’est le dernier moment pour y croire 🙂

  3. Après avoir perdu contre les Redskins, on joue notre peau verte à chaque match 😀 . Le problème c’est qu’on se demande si même ce genre de motivation suffira à sortir certains de leur léthargie morbide.

    Heureusement, en face aussi ils sont « verts », au moins en partie, et c’est vrai que Wentz est le QB le moins expérimenté à croiser notre route depuis un bail. On a les moyens d’aller le secouer si on arrête de « rusher » à l’économie en tremblant pour la secondary.
    Comme tu dis, pour moi le plus gros danger reste Sproles qui a le profil parfait pour nous ridiculiser sur toutes les phases de jeu offensives, retours compris. Etrz et Matthews sont gérables, d’autant plus qu’ils ont tendance à dropper.

    Bref, autant les deux matches précédents j’y croyais pas du tout (à raison), autant là on a une chance. Encore faut-il vouloir la saisir…

    Fry eagle, fry 😀 !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.