usatsi_8996212

Sam Shields se remet difficilement de sa commotion cérébrale subie en week 1

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la gestion de l’effectif des 53 joueurs de Green Bay a été plutôt active ces derniers jours. Vous pouvez retrouver dans l’onglet EFFECTIF de la page d’accueil les mises à jour quotidiennes de l’effectif des Packers au gré des signatures et licenciements. Et ils ont été nombreux ces dernières semaines en raison d’une cascade de blessures aux mêmes postes qui a causé une vraie valse de joueurs !

Le problème de ces blessures, c’est qu’elles se sont accumulées principalement sur deux postes : le poste de running back (RB) et le poste de cornerback (CB).

EFFET DOMINO CHEZ LES COUREURS

Au poste de running back, John Crockett, RB 3 avant la saison, est indisponible pour toute l’année depuis une blessure à l’épaule en présaison.

Depuis le début de saison, Eddie Lacy assurait 80 % des jeux de course avec un certain succès. Sa performance la plus notable fut ses 103 yards en week 3 contre les Lions. Mais malheureusement, il subissait une entorse à la cheville durant le match du week 5 contre les Giants.

temp161016-packers-cowboys-2-siegle-32-nfl_mezz_1280_1024

Va t-on revoir Lacy jouer à saute-mouton en 2016 ?

Il a néanmoins tenu sa place vaillamment contre les Cowboys en week 6 où en plus, il s’est permis de jouer à saute-mouton sur des adversaires à plusieurs reprises. Mais à ce jeu, Lacy a aggravé sa blessure l’obligeant à subir une intervention chirurgicale.. On peut sans doute blâmer le coaching staff qui a dû user d’anti-douleurs pour que Lacy soit apte face aux Cowboys. Résultat, le coureur aggravait plus ou moins consciemment sa blessure durant le match..

L’opération chirurgicale de Lacy l’écartant des terrains pour plusieurs semaines, il a été placé sur la réserve des blessés (injury report). Problème, sur cet « injury report », un seul élément est disposé à revenir s’il guérit. Or, était déjà présent sur cette liste le CB1 Sam Shields (voir par ailleurs). Cela annonce un choix cornélien si les deux joueurs recouvrent la santé.

Le staff a fait ce choix de mettre Lacy sur « injury report » car il fallait des places dans l’effectif des 53. En effet, James Starks, le RB 2, se blessait la même semaine à un ménisque du genou nécessitant également une opération si bien que les Packers attaquaient le match face aux Bears en week 7 sans aucun coureur de formation !

Pour pallier à cette situation inédite, Knile Davis (RB) fut recruté chez les Kansas City Chiefs 2 jours avant le match des Bears contre un tour de draft conditionnel. De même, Don Jackson, rookie non drafté venant de l’université du Nevada, fut également promu dans l’effectif. Ces deux coureurs étaient trop inexpérimentés pour débuter face aux Bears. Mais nul doute qu’ils obtiendront plus de mises en jeu chez les Falcons d’Atlanta. Montgomery (WR), qui a rempli la tâche de coureur avec un certain succès face aux Bears, devrait remplir cette tâche un peu plus occasionnellement.

Néanmoins, James Starks s’entraîne déjà et son convalescence se déroule de manière optimale. Il sera absent face aux Falcons mais on peut peut-être déjà l’espérer face aux Colts dans 10 jours.

CHEZ LES CORNERBACKS, TOUT EST DÉPEUPLÉ

Alors qu’on avait de légitimes ambitions d’excellence pour le corps des cornerbacks (CB), tout est allé de mal en pis. Le CB n°1 Sam Shields subissait une commotion dès le premier match de la saison à Jacksonville. Déjà sujet à de tels KO, Shields est depuis sur « injury report » et sous surveillance médicale pour savoir s’il peut rejouer sans risque de dommage au cerveau. Autant dire que Sam Shields peut revenir en fin de saison tout comme arrêter sa carrière…

Le prometteur Damarious Randall, CB n°2 en début de saison, devait le suppléer malgré ses performances erratiques de début de saison. Mais face aux Giants (décidément match maudit !), il se faisait une contracture à l’aine.. qu’il ré-aggravait sur un de ses premiers plaquages face aux Cowboys. Résultat, là encore chirurgie nécessaire (opération effectuée le week-end dernier) et plusieurs semaines d’absence..

Même constat pour le CB3 Quinton Rollins, lui aussi blessé à l’aine. Néanmoins, même s’il a manqué les deux derniers matchs, sa blessure ne nécessite pas de chirurgie. Un retour face aux Falcons dimanche paraît précipité mais sait-on jamais ?

hi-res-f79797df7e65de2a95480e1e331290c1_crop_north

Ladarius Gunter a la lourde tâche d’être le CB 1 depuis 2 matchs

Résultat, c’est le joueur de deuxième année Ladarius Gunter et ancien rookie non drafté, initialement prévu CB 4, qui a la lourde tâche de couvrir le meilleur receveur adverse. Cela a été catastrophique face aux Cowboys, mais meilleur contre les Bears et Ashlon Jeffery. Maintenant, il a un tout autre challenge devant lui dimanche avec face à lui, le meilleur receveur actuel de la NFL Julio Jones !

Le retour de suspension en week 6 de Demetri Goodson fut comme une bouffée d’air frais au poste de cornerback. Alors qu’on pouvait douter de sa place dans les 53 en début de saison, la cascade de blessures a rendu sa présence indispensable et il s’en sort plutôt bien. Micah Hyde est toujours là en couteau suisse des lignes secondaires. Autres bénéficiaires de ces blessures, Josh Hawkins qui a effectué plusieurs mises en jeu et Jermaine Whitehead qui a été promu de l’équipe d’entraînement (« practice squad ») aux 53.

DU MOUVEMENT ET DES PERTES

Comme le chiffre de 53 n’est pas extensible pour l’effectif et que les blessures ont touché essentiellement deux postes, il a fallu faire de la place et mettre des joueurs sur le marché. Si Brian Price (DT) a pu être resigné sur le « practice squad » une fois qu’il avait passé les « waivers » (24h où le joueur peut être réclamé par n’importe quelle équipe), ce ne fut pas le cas de Joe Callahan (QB). En effet, le feu-follet star de la présaison et QB3 dans l’effectif, a été enrôlé par les Saints au grand dam du coach Mc Carthy, féru de jeunes QB à développer. Joe Callahan est désormais chez les Cleveland Browns, ayant ainsi appartenu à 3 équipes NFL en moins de 10 jours !

151222-player-on-the-rise-950

Bye bye Jared..

Autre perte, mais cette fois volontaire, celle de Jared Abbrederis (WR). Une fois de plus blessé, le joueur vient d’être licencié par les Packers. C’est un crève-coeur pour les fans car Abbrederis est originaire du Wisconsin, Etat fédéral où se trouve Green Bay, et son arrivée suscita beaucoup d’attentes.. déçues au fil des ans et des blessures qui ont empêché d’apprécier totalement le potentiel de ce joueur. Pour le remplacer numériquement, Geronimo Allison (WR), qui fit impression en présaison, a été promu et pourrait apporter son imposant physique sur certains jeux.

Des rumeurs parlent d’un traitement similaire réservé à Chris Banjo (S) lui aussi blessé. Cela ne veut pas dire qu’Abbrederis et Banjo ne resteront pas sous les radars des Packers, mais ils ne reviendraient sûrement qu’à la faveur d’une cascade improbable de blessés à leurs postes (façon James Jones).

Enfin, du côté des blessés longue durée, Corey Linsley a repris l’entraînement. Il a un statut spécial, le statut « PUP », c’est-à-dire qu’il a été blessé avant le camp d’entraînement estival, et que dans ce cas, il peut revenir dans l’effectif après 6 semaines et dès que le staff médical l’y autorise. Cependant, une décision devra intervenir d’ici deux semaines (soit 3 semaines après sa reprise à l’entrainement) : l’inclure dans les 53 (et devoir encore mettre un autre joueur sur le marché), le licencier ou le remettre sur liste des blessés.

Quant à Jared Cook, qui devait tant apporter à l’attaque des Packers et qui peut être la pièce manquante au moteur offensif, il se remet petit à petit de sa cheville blessée en week 3 face aux Lions de Detroit. Sa date de retour est encore inconnue.. en espérant qu’on ait pas une redite du cas Montgomery 2015, à la blessure similaire et finalement absent toute la saison.

Voilà pour ce bilan presque à mi-saison des blessures. Si la liste peut sembler impressionnante, elle est encore loin d’être handicapante. Les lignes offensive et défensive sont en pleine possession de leurs moyens, les linebackers également. Et tant qu’Aaron Rodgers est en bonne santé, tout reste possible !

 

Publicités