Lors du 3ème et dernier jour de la draft (30 avril), Green Bay avait 2 choix du 4ème tour, 1 choix du 5ème tour et 1 choix du 6ème tour, puisque rappelons-nous les Packers avaient donné 1 choix du 4ème tour et un choix du 7ème tour pour aller chiper l’OT Jason Spriggs.

En premier choix du 3ème jour de la draft, Green Bay jette son dévolu sur Blake Martinez (ILB – Stanford) avec le pick 131 (4ème tour).

Image

Blake Martinez sous le maillot universitaire de Stanford

A l’instar de Jake Ryan, choix de 4ème tour de la draft 2015, Blake Martinez, va répondre, au moins sur le papier, au besoin le plus pressant dans l’effectif de Green Bay, le poste d’Inside Linebacker (ILB). Mais sera t-il enfin le joueur qui sécurisera le centre de la défense ou un élément moyen de plus additionné dans l’effectif?
Avec Martinez, on a un joueur à l’éthique irréprochable, éternel travailleur, et s’infligeant les plus gros sacrifices pour réussir, comme ne jamais boire de soda (ce qui est énorme aux Etats-Unis!) ou ne jamais manger de dessert ! Cette discipline a déjà été en partie récompensée puisqu’il intègre la NFL dans une des plus prestigieuses équipes.

Véritable machine à plaquages, il dominait largement son équipe de Stanford l’année dernière dans cette catégorie statistique, une équipe de Stanford qui a remporté le Rose Bowl, une des principales finales universitaires. Sortir de l’équipe de Stanford peut être un avantage non négligeable pour intégrer les Packers, le système défensif étant le fruit du passage en 2010 de Vic Fangio chez les Cardinals (surnom des joueurs de Stanford), lui-même disciple du coordinateur défensif actuel des Green Bay Packers, Dom Capers.

Il s’est aussi présenté comme un des linebackers les plus rapides de cette draft, tout en ayant le 2ème résultat des ILB au test développé-couché du Combine, qui est un évènement où les futurs joueurs draftés effectuent des tests de vitesse et puissance.

Rapide et puissant, le cocktail rêvé pour un ILB. De plus, toujours dans le cadre de cette discipline infatigable, il étudie inlassablement les jeux, transcrivant ainsi dans les matchs une analyse des jeux qui lui permet d’être rapidement sur le ballon. Alors, Martinez sera t-il la perle rare tant attendue au poste d’ILB? Il a des atouts de vitesse indéniables mais au niveau puissance, il aura à faire à d’autres défis qu’en NCAA. Et puis, du fait qu’il soit déjà très discipliné sur beaucoup d’aspects, n’a t-il pas déjà atteint le maximum de son potentiel? Nous espérons tous que non, bien évidemment et que Martinez devienne le Tedy Bruschi (joueur à qui il me fait penser physiquement) des Packers de ces prochaines années.

160523-martinez-feature-950

Blake Martinez portera le n°50 chez les Packers

tedy

Sera t-il du niveau de Tedy Bruschi, légendaire linebacker des New England Patriots ?

Publicités