Et Roger Goodell, le commissioner (président du directoire) NFL déclama en ce jeudi 28 avril : « With the 27th pick of the 2016 NFL Draft, the Green Bay Packers select » :

Kenny Clark – DT – UCLA

Image

ET BIM !!! Un choix surprise comme Ted Thompson, le General Manager (GM) des Packers, sait les faire façon Randall à la draft 2015.

Comme Damarious Randall, il était plutôt attendu en début de tour 2 dans toutes les prévisions, et il restait beaucoup de joueurs disponibles avec des CV plus ronflants à des postes où le besoin était encore plus identifié. Green Bay a ainsi laissé de côté Reggie Ragland (ILB), le poste où le besoin était le plus important et donc le choix préféré de beaucoup de mocks drafts (prévisions) et des fans.

Mais si Clark s’avère aussi bon à son poste que Randall, c’est tout bon. Car Randall a montré qu’il méritait son pick 30 et qu’il a tout pour devenir un shutdown corner.

Alors mon bon Kenny, qui est-il?
Ted Thompson le juge comme un pur NT 3-4, et certains le classaient comme le meilleur de la draft à ce poste bien spécifique (pas DT 3-tech hein). Il est destiné à remplacer BJ Raji comme point d’ancrage de la ligne défensive et son gros moteur lui permettra d’être compétitif dans les formations à 2 DL (defensive line) assez fréquentes dans le système du coordinateur défensif Dom Capers.
20 ans et demi, 6’3 » – 314 lbs, ancien lutteur, Kenny Clark a passé 3 ans à UCLA (la principale université de Los Angeles) où il a été nommé capitaine de son équipe la dernière année malgré son jeune âge.
Bien plus mature que son âge donc, il n’a jamais connu de grosse blessure et jamais manqué un match de NCAA ! Alors, pourquoi était-il moins bien « mocké » que des DT pris après lui (ou pas encore pris) ? Des bras + petits que la moyenne.. comme Warren Sapp.. Il apparait comme un mur infranchissable et pourtant mobile. Myles Jack, linebacker de UCLA, était considéré par certains comme le meilleur joueur de cette draft, mais a été choisi au Tour 2 à cause d’un genou qui aurait une maladie dégénérative. Or, derrière chaque performance de LB, se cache la performance de la DL..

Voyez dans ces highlights le travail de l’ombre de Clark au centre de la ligne défensive de UCLA où il montre force, vivacité et vision.

A voir, mais moi je suis satisfait avec ce pick, conforté après l’expérience Randall en 2015. Evidemment, s’il n’y avait que GB qui l’avait dans son radar si haut, pourquoi pas de trade down (choisir plus tard en échange de choix supplémentaires)? Déjà, pas si sûr que d’autres équipes derrière ne le voulaient pas, et si Ted Thompson a dit qu’il a eu des appels pour un trade down, sûrement que ces appels venaient d’équipes trop loin derrière. Dans l’idéal, on aurait tous signé pour le même joueur après un trade down de quelques places. Mais on est pas GM..

Kenny Clark apparaît en plus comme une personne humble, mais on n’est pas étonné connaissant le staff de GB. Pour sa venue lors du week-end d’intégration des rookies (6 et 7 mai 2016), il montrait toute son excitation sincère à venir à Green Bay, fier d’être le coéquipier de Mike Daniels qui a le même profil. Il a fait face à une certaine adversité en étant élevé seul par sa mère depuis l’âge de 9 ans car son père est incarcéré pour meurtre.. Mais loin de dénigrer son père, il continue à lui rendre visite dans un louable esprit de pardon.

Welcome to Green Bay Kenny !

160506-clark-950

Kenny Clark (DT) lors de ses premiers exercices du rookie camp avec son maillot green and gold

Publicités